Ma chronique sur À une minute près d’André Marois