La trahison des Chuchoteurs (Le cycle draconique: 2) par Rhéa Dufresne / Éditions Bayard

« Après avoir entendu les cris des Grands Hurleurs, Haldor le Grand Noir a lancé ses hordes dans différents villages, semant la mort et le chaos. Les hommes ont subi, impuissants, les attaques successives des dragons. Le temps de la résignation cède pourtant peu à peu la place à la résistance. Les villageois s’organisent pour se défendre contre la fureur du Grand Noir. Il en est de même pour les fils du ciel où la tyrannie d’Haldor commence à diviser les clans. Les Fils de l’eau n’ont pas digéré la mise à mort de Mia, et les Fils de la terre remettent en cause l’autorité du chef des dragons. Seuls les Fils du feu restent fidèles à Haldor qui entend réprimer violemment toute forme de sédition. »

Alors que dans ma critique du premier tome « L’éveil des Grands Hurleurs », — quelque peu ambivalente à cause d’une introduction à l’histoire à la fois fastidieuse, mais attrayante — je laissais planer l’espoir d’un second tome des plus prometteur. Et ma foi, je suis contente d’avoir misé juste! Comme l’auteure a pris le temps de bien mettre en place les lieux, les différents clans de dragons, les peuplades humaines ainsi que l’historique tragique qui les unit, ce second tome s’avère captivant dès les premières pages.

À mes yeux, il n’y a pas de doute sur le fait que les amateurs de fantastique ou ceux de quête de longue durée vont adorer! D’ailleurs, même si je n’aime pas faire des comparaisons, je trouve néanmoins que le parallèle avec J.R.R. Tolkien est trop évident pour ne pas le mentionner; un vaste territoire, différents regroupements d’êtres, une volonté de voir la situation évoluer, l’élu, la convoitise du pouvoir, le combat entre le bien et le mal… Mais ne vous méprenez pas, Rhéa Dufresne à son propre style tout comme sa fantaisie personnelle.

L’auteure possède une habileté incontestable à écrire des descriptions riches qui permettent au lecteur de se plonger entièrement dans son univers. Quant au choix de la narration alternée (polyphonie narrative), il va sans dire qu’en plus de permettre de découvrir la « voix » bien distincte des protagonistes, elle accentue l’intrigue avec brio. Bref, si vous hésitiez à poursuivre avec le tome 2, je vous conseille de vous y lancer sans attendre. C’est un très bon tome et je ne manquerai pas de lire la finale de cette trilogie!

Bonne lecture!

 

Partagez!

Rachel Graveline

Née le 7 novembre 1979 à Montréal, Rachel Graveline est détentrice de deux DEC, un premier en Arts : Exploration théâtrale et un second Techniques de la documentation. Si elle a d’abord souhaité se diriger dans le milieu du spectacle, son envie de canaliser sa créativité à travers les mots l’a fait bifurquer en Création littéraire à l’UQAM. En croisant sa passion pour la littérature et son désir d’animer des ateliers culturels, Rachel a travaillé plusieurs années dans différentes bibliothèques. Mais son imaginaire foisonnant l’a poussée à créer des histoires. Même si c’est à un jeune âge qu’elle a commencé l’écriture, ce n’est qu’après son troisième enfant qu’elle s’est investie dans son projet de devenir auteure.

En 2018, son premier roman publié chez Béliveau éditeur, Karmacélia : secrets, rituels et sacrifices, se retrouve en librairie. Son aventure se déploie à l’été 2021 avec la publication de trois séries (Camping Transylvanie, Monsieur Zombie et les zombinos et Hantises) aux Éditions Victor et Anaïs. Elle y publie aussi Mystère et pommes d’amour, une romance pétillante pour les préadolescents. Au printemps 2022, Rachel publie son premier roman Frissons, Sombres aveux. Son second roman de la même collection chez Héritage jeunesse, Spectacle morbide, paraîtra d’ailleurs à l’automne 2022. Plusieurs autres titres verront aussi le jour en 2023, notamment avec sa nouvelle maison, les Éditions Pratico-pratique. Dans chacune de ses création, son but reste d'offrir des refuges au cœur de l’imaginaire.