Avec son métier d’agent fédéral, Éric Daniels a toujours été aux premières loges pour constater que la Justice est toute puissante, l’homme tend à s’y soumettre ou à en subir les conséquences. Ses règles sont strictes, dépourvues de toute magnanimité. Et l’agent n’en prendra pleinement conscience que lorsque la vie de son enfant leucémique de 7 ans dépendra de celle d’un condamné à mort… exécuter l’un revient à tuer l’autre.

Est-ce que ce père accablé acceptera de se soumettre à celle qu’il a toujours servie : la Loi ?

~ ~ ~

Dans ce roman, l’auteure pousse son lecteur à une réflexion sur la société, mais surtout sur le fondement même de toutes ses règles, soit la soumission. Tout au long de l’histoire, le personnage d’Éric Daniels se voit tiraillé entre sa volonté de suivre le droit chemin et celui de se rebeller pour faire ce qui lui semble juste. Il prend cruellement conscience que l’humain se différencie de la Justice par son empathie, sa compréhension de la situation, du contexte et que les règles ne peuvent être appliquées sans équivoque. L’obéissance en toute circonstance n’en demeure pas moins une notion bien implantée dans l’inconscient collectif sous prétexte que le système est ainsi fait et qu’on ne peut le défaire. Les failles demeurent pourtant évidentes. Aussi, c’est dans l’une d’elles que l’auteure tire son histoire. La plupart des humains agissent en automate et se sentent soumis au système… mais dans une telle situation, sauriez-vous sortir de votre torpeur ?

D’autre part, l’histoire reste bien construite et facile à lire. Même si je ne suis pas une fan du genre, soit un mélange entre le drame et le thriller policier, j’ai apprécié sa lecture. En dépit du fait qu’il y a parfois quelques moments où l’on voudrait que le récit s’accélère, je pense que l’intrigue s’avère assez bien menée pour vous garder en haleine jusqu’à la fin. Il va sans dire que la teneur du texte nous rappelle aisément les films d’action hollywoodiens et que ce titre ferait sans doute sensation au cinéma. Alors si le genre vous plait, je crois que Marie-Béatrice Ledent saura vous transporter dans sa trame mouvementée tout en vous gardant un brin touché par l’histoire du jeune leucémique.

Disponible sur AMAZON

Bonne lecture!

Partagez!

Rachel Graveline

Née le 7 novembre 1979 à Montréal, Rachel Graveline est détentrice de deux DEC, un premier en Arts : Exploration théâtrale et un second Techniques de la documentation. Si elle a d’abord souhaité se diriger dans le milieu du spectacle, son envie de canaliser sa créativité à travers les mots l’a fait bifurquer en Création littéraire à l’UQAM. En croisant sa passion pour la littérature et son désir d’animer des ateliers culturels, Rachel a travaillé plusieurs années dans différentes bibliothèques. Mais son imaginaire foisonnant l’a poussée à créer des histoires. Même si c’est à un jeune âge qu’elle a commencé l’écriture, ce n’est qu’après son troisième enfant qu’elle s’est investie dans son projet de devenir auteure.

En 2018, son premier roman publié chez Béliveau éditeur, Karmacélia : secrets, rituels et sacrifices, se retrouve en librairie. Son aventure se déploie à l’été 2021 avec la publication de trois séries (Camping Transylvanie, Monsieur Zombie et les zombinos et Hantises) aux Éditions Victor et Anaïs. Elle y publie aussi Mystère et pommes d’amour, une romance pétillante pour les préadolescents. Au printemps 2022, Rachel publie son premier roman Frissons, Sombres aveux. Son second roman de la même collection chez Héritage jeunesse, Spectacle morbide, paraîtra d’ailleurs à l’automne 2022. Plusieurs autres titres verront aussi le jour en 2023, notamment avec sa nouvelle maison, les Éditions Pratico-pratique. Dans chacune de ses création, son but reste d'offrir des refuges au cœur de l’imaginaire.