GEMME, épisode 1 — Émeraude/Andara

Résumé :

À la suite du décès de sa mère, Caroline Ethier est contrainte de déménager à Rivière-du-Loup pour sa dernière année de secondaire. Elle y fait plusieurs rencontres qui pimentent son quotidien. Son voisin Jeremy Emilsson est terriblement séduisant, mais il ne fait rien pour déguiser l’antipathie qu’elle lui inspire, alors qu’ils se retrouvent malgré eux partenaires dans deux de leurs cours.

De son côté, le beau Logan MacLean fait tout pour la charmer. À l’opposé de Jeremy, il se révèle gentil, drôle et avenant. Logan et Jeremy se détestent profondément, et c’est sans connaître la raison de cette hostilité que Caroline se retrouve prise entre ces deux jeunes hommes aux dons mystérieux. Le jour où elle découvre leur véritable visage, sa propre identité la foudroie comme un coup de poignard en plein cœur.

Dans le tumulte de ces nouveautés, après avoir subi une terrible trahison, la jeune fille voit son destin à jamais bouleversé. Après tout, son père ne l’a pas emmenée si loin de Montréal sans raison…

Avis de lecture :

Oh wow ! Quelle bonne histoire ! Toute en simplicité, Caroline s’impose par sa personnalité.

« Je suis une fille ordinaire. Je l’ai toujours été. Ce supposé aleph qui coule en moi n’a jamais fait partie de ma vie. J’ignore comment m’en servir. »

Elle n’a pas le choix de s’adapter. Même si parfois, elle se sent déroutée, elle fonce. D’ailleurs, sa curiosité l’amènera à découvrir sa propre identité, celle qu’on lui avait cachée.

Un roman jeunesse qui ressemble à d’autres, mais avec ce petit quelque chose d’unique. La magie reste en retrait même si c’est elle qui mène la cadence. Heureusement, l’auteure exploite une bonne vieille formule gagnante ; un ténébreux jeune homme qui en fera voir de toutes les couleurs à notre héroïne !

« Le Jeremy tout sourire n’est plus. Seul l’arrogant que je déteste côtoyer est là. »

Entre l’attirance… « Je suis incapable de quitter ce garçon des yeux. Avec son jean troué et son t-shirt noir qui dévoile des bras musclés, il dégage une aura de danger. Un danger terriblement sexy. »

la fascination… « Son éclat de rire m’irrite et me fascine à la fois. »

et le désir… « Mon cœur s’emballe dans ma poitrine, et ma respiration reste bloquée quand il s’approche. »

les émotions sont constantes, déroutantes, imposantes et intrigantes. Les pages se tournent d’elles-mêmes… On se surprend à espérer ! Un gros dix sur dix. La sortie littéraire de l’épisode 2 — améthyste est prévue pour le 3 mars 2021. Je suis impatiente, j’ai trop hâte de lire la suite !

Partagez!

Julie Brassard

Diplômée en techniques d’intervention en loisir et en gestion d’artistes, de l’École du Show-Business à Montréal, Julie BRASSARD est une créatrice de moments qui se passionne pour l’organisation d’événements.

Peaufinant son sens de la coordination, elle réalise plusieurs projets d’envergure dont la scénarisation et la production de films amateurs, la rédaction et la mise en scène de jeux Meurtre et mystère, l'animation des Bontés Divines de Terrebonne en plus d'être la coordonnatrice du Théâtre de la Petite Comédie, à Deux-Montagnes, depuis août 2018.

Femme généreuse à l’esprit analytique, Julie accompagne les nouveaux écrivains à finaliser leur manuscrit via son rôle d’éditrice chez Signées JM, une maison d’édition à la carte qui offre une expertise complète.

Son premier manuscrit, travaillé en coécriture, est publié par les Éditions La Roupille en mars 2017, puis un second sera imprimé par Béliveau Éditeur en juin 2019. Toujours sous la plume de deux cerveaux et quatre mains, Julie renoue l'expérience avec Rachel Graveline pour une série jeunesse d'épouvante. Les deux premiers tomes (1 - Le village, 2 - La furie) sont publiés en septembre et novembre 2021 par l'entremise de la maison d'éditions Victor et Anaïs. Deux autres livres verront le jour en 2022 pour clore cette aventure.

Sensible au bonheur des autres, Julie cherche à pousser l’écrivain en herbe ainsi que le lecteur à prendre conscience de ses forces et à trouver en lui cette touche magique qui lui est propre.