Fiction/Les Éditions Victor et Anaïs

Ce qui est bien avec cette histoire, c’est que personne ne connaît Rym. Ni ses parents adoptifs, ni sa sœur, ni ses amis, ni les gens du village. Pas même Rym ne connaît Rym. Le lecteur la découvre donc au fil des pages, comme tous les personnages, ou presque. Sa famille et elle sont très attachantes, tout comme Nolan, son meilleur ami. L’auteure a su créer une belle complicité entre Rym et sa sœur, ainsi qu’avec Nolan. Toutefois, certains habitants du village sont moins sympathiques et parfois suspects, ce qui pousse le lecteur à se questionner davantage.

Si le roman est classé jeunesse, il n’en demeure pas moins accessible à tous. Les jeunes tout comme les adultes sauront apprécier l’écriture simple et fluide d’Ericka Duflo, en plus de tous les mystères qui entourent Rym. Bien que certains passages, dont ceux traitant de l’école, touchent moins les adultes, ils se plairont tout de même à tenter de percer le secret de Rym.

D’ailleurs, chaque tome se termine de manière à donner envie de découvrir la suite. Le premier et le quatrième ont une fin particulièrement intrigante. L’auteure dose bien les révélations concernant Rym, ainsi que l’apparition de nouveaux personnages.

Les dates qui servent de titre aux chapitres permettent de suivre le rythme, sans se perdre. Il faut dire que, parfois, le lecteur suit Rym pendant quelques jours consécutifs, pour la retrouver quelques mois ou années plus tard. La mise en page est très aérée et les caractères sont d’une bonne taille, rien pour décourager qui que ce soit. L’épaisseur des tomes est aussi intéressante, autant pour les jeunes que pour les lecteurs qui préfèrent de plus petits formats.

Le cinquième tome est disponible depuis le 26 juillet 2021. Quels mystères seront résolus et quels nouveaux défis viendront se présenter à Rym et à Nolan dans cette suite attendue ?

Partagez!

Valérie Dionne

Née en 1981, Valérie Dionne a toujours été fascinée par l’écriture et les langues. Cet intérêt l’a d’ailleurs conduite à suivre un baccalauréat en Traduction à l’Université Laval. Suite à ses études, elle a d’abord été traductrice à la pige pendant quelques années avant de réaliser que le contact humain lui manquait cruellement. De retour sur les bancs du Cégep de Sainte-Foy, elle a suivi une formation en technique d’inhalothérapie. Valérie a travaillé en tant qu’inhalothérapeute à l’IUCPQ de 2008 à 2016, années durant lesquelles elle a mis au monde ses deux enfants. Présentement maman à la maison, elle partage son temps entre ses enfants et l’écriture. Dans ses temps libres, elle savoure diverses séries télé, lit beaucoup, tricote, s’occupe de ses chats, le tout avec une bonne tasse de thé à la main. Valérie écrit depuis environ l’âge de quatorze ans, mais ce n’est qu’au Cégep qu’elle a commencé à écrire plus fréquemment. En janvier 2018, son premier roman, À l'ombre des villages, est publié aux Éditions Ada. Le second sortira au mois d'octobre, dans la même maison d'éditions.

Crédits photo : Annie Simard