Scarlet: Une histoire des Terres d’Illud

Scarlet, livre 01-Le faucheur d’âmes

 

Roman de fantasy à saveur de jeux vidéo

Critique par Marie-Claude Gagnon

 

«Décidément, plus il grandissait, plus il trouvait leur demeure petite».

 

Résumé

 

Scarlet mène une vie bien ordinaire sur la fermette des Terrard, sa famille adoptive. Cependant, son apparence particulière dérange non seulement sa mère adoptive, mais aussi les villageois de Messis.

Un jour, alors qu’il se rend au village, Scarlet découvre qu’il est doté de pouvoirs magiques. Devant cette révélation, il entreprendra un voyage dans l’espoir de trouver des réponses sur son passé, mais surtout sur ses origines hybrides.

Lors de son périple, Scarlet apprendra de nouvelles choses sur la magie. D’ailleurs, pourquoi est-elle taboue sur les Terres d’Illud? Et qui est ce Faucheur, ce mage occulte qui dérobe les âmes?

 

Avis de lecture

 

Il y a une chose dont j’ai été convaincu lorsque j’ai entamé «Scarlet»: Véronique Blanchette raffole des mots. Ce qui m’a particulièrement marqué durant ma lecture est la richesse du vocabulaire qu’elle déploie pour décrire et nous faire rentrer dans son monde imaginaire. Bien que je sois du genre à beaucoup plus profiter de l’action que des longues descriptions, cela m’a permis de goûter à l’aspect fantasy avec beaucoup plus de profondeur. Il y a ce côté très apaisant dans sa façon de raconter qui berce le lecteur. Bien que par moment, je trouvais certains paragraphes superflus, cela n’a rien enlevé au charme de son univers. Bien au contraire. J’ai particulière appréciée sa manière de décrire un épisode sombre de son roman qui, selon moi, reste le meilleur passage de toute l’histoire. J’en ressens encore des frissons à la simple pensée de cet évènement du récit. Je sais que les mots choisis à cet instant précis ont été essentiels. L’auteure a une parfaite maîtrise de son vocabulaire. Cela, il faut bien le lui donner. C’est l’une des forces principales de son récit et bien exploité, elle atteint directement le cœur du lecteur.

 

«Scarlet sentit soudainement un grand souffle affluer vers lui, ébouriffant ses cheveux noirs dans tous les sens. Ce vent inconnu, qui lui fit froid dans le dos, éteignit les torches accrochées aux murs. […] Il ignorait l’origine de ce courant d’air, mais sentait au plus profond de lui qu’il provenait d’une sombre magie».

 

Cependant, l’aspect de ce roman de fantasy qui a su me conquérir en premier, ce fut le personnage principal. Scarlet est l’essence de cette histoire et savoir que son nom se retrouve dans le titre du livre me semble révélateur. Nous suivons les aventures d’un jeune garçon en quête de sa véritable identité et qui, au cours de son aventure, découvre la beauté et l’horreur de l’univers dans lequel il évolue. Malgré son jeune âge, il fait preuve de très grande débrouillardise et par moment, il est même d’une étonnante maturité. Bien entendu, il est naïf et il a tendance à se laisser emporter par ses émotions. Mais quel adolescent de cet âge ne le fait pas ? C’est d’ailleurs son  innocence et sa sensibilité qui le rend si vrai et attachant. Nous l’observons grandir, se débattre, se questionner. Nous le voyons prendre des mauvaises décisions et rions de sa maladresse. C’est un personnage adorable qui donne de la fraîcheur au récit et sans lui, selon mon humble point de vue, l’histoire perdrait cette petite lumière qui fait sourire lors des moments les plus banals.

 

«Scarlet s’approcha sur la pointe des pieds sans bruit – enfin, ce n’était pas évident dans une maison aussi ancienne- et scruta l’intérieur de la pièce».

 

Et finalement. Tout bon connaisseur en matière de jeux vidéo y trouvera son lot de plaisir durant cette lecture. Le système de classes différenciant les voleurs des bandits ou encore les trolls des golems, il est assez présent dans ce roman. En parfait représentant des jeux de rôles massivement multijoueurs, il ferait allusion à l’augmentation de la force et de l’agilité d’un personnage, il parlera indirectement de l’usage d’accessoires et de reliques importantes pour l’amélioration des compétences d’un aventurier (Scarlet en a un d’une certaine manière)…  J’ai beaucoup apprécié ces références et je suis certaine que les passions de jeux vidéo aimeront beaucoup cet aspect du roman tout comme je l’ai savouré.

 

En résumé, c’est un joli petit récit que nous présente Véronique avec son plus qu’adorable Scarlet. Il y aurait certainement bien d’autres choses à raconter sur le sujet, mais je me contente ici de ce qui m’a le plus spécialement marqué.

 

Donc, si vous avez envie d’une histoire de magie à l’univers bien construit et aux personnages attachants, ne vous retenez pas.

Les aventures de Scarlet sont faites pour vous.

 

«La magie est l’essence même de notre monde. Il faut la vénérer».

 

Appréciation globale: 4/5

Nombre de pages: 307

Lien vers le roman: https://luzernerousse.com/produit/le-faucheur-dames-t-1/

Partagez!