Que miroite notre propre fragilité ?

L’empire de verre – la fiancée du mal, tome 1, Marie-Claude Gagnon, Éditions ADA

Résumé :

La princesse Élise Avelline se doutait bien qu’un jour, le mariage l’arracherait au pays de la lune, la terre de son enfance. Mais comment prévoir qu’elle accepterait de quitter famille et liberté pour aller épouser de l’autre côté de la mer Zen Loevyen, l’empereur et dictateur qui fait trembler l’entièreté de Hétalion ?

Le monde dans lequel elle doit vivre est loin d’être aussi limpide que le verre dans lequel il est construit. Les fissures y sont nombreuses et ses innombrables masques craquent les uns après les autres, menaçant de s’écrouler sur la princesse qui peine à s’y retrouver. Arrivera-t-elle à porter le fardeau d’un royaume brisé et corrompu ? Saura-t-elle reconnaître ses alliés ? Ses ennemis ?

Pour compliquer le tout, la haine est le coeur même de l’empire. Et la vérité n’a jamais été aussi bien agencée au mensonge.

 

Avis de lecture :

Alors là… je suis quasi sans mot ! Malgré une certaine réticence à l’écriture utilisant le « je » (narration au présent), JE suis totalement conquise. Par les émotions, la terreur, l’horreur, l’incompréhension, la curiosité… que dire, de l’intensité de cet être déchiré par ses obligations, transi par ses démons intérieurs. Oufffff… quelle lecture passionnante !

J’ai adoré. A-DO-RÉ. Vraiment. Un croisé de la Belle et la Bête nouveau genre. Une vérité cachée qui camoufle un monde incompris, brisé, à l’aube d’une nouvelle ère. Un premier baiser tant attendu. Une princesse chevaleresque ayant à cœur d’imposer ses convictions les plus profondes.

Élise Avelline est une revendicatrice n’écoutant que sa propre véridicité. Zen Loevyen est un empereur se cachant derrière d’innombrables masques cherchant à se défaire de ses liens qui l’étouffent et le grugent de l’intérieur. Une combinaison audacieuse laissant place à la spontanéité d’être, celle en quête de cette authenticité, quelle qu’elle soit.

Un premier tome d’une richesse fluide, d’une tension bien ficelée. J’avoue. J’ai dû survoler quelques lignes, trop excitée, en soif de découvrir le dénouement de ces nombreuses péripéties. Bravo ! Marie-Claude Gagnon peut se féliciter pour son premier roman de Fantasy. Il y a là, davantage qu’une emprise de mots. Il y a l’histoire, les personnages, le rythme, le ton et l’insoutenable attente du prochain tome qui devrait sortir à l’automne.

Qu’à cela ne tienne, je prendrai mon mal en patience parce que l’auteure, Marie-Claude Gagnon, fait dorénavant partie de mes coups de cœur québécois !!!!!

Partagez!