Titre: Terre-Nano – l’île des larmes grises

Auteur: Diane Bergeron

Maison d’édition: Québec Amérique

Genre: science-fiction, dystopie

Résumé:

C’était un miracle. La nanothérapie guérissait presque tout, rapidement, sans effets secondaires. Et son coût était minime. Les premiers problèmes sont apparus quelques années plus tard…

En 2067, les contaminés aux nanos sont forcés de vivre sur des îles-quarantaines pour limiter la contagion. Parmi eux se trouve Mathianne, qui habite Terre-Nano depuis l’enfance. Au décès de sa mère, elle est contrainte à déménager en ville, chez son père, un scientifique cherchant à découvrir une cure à la contamination. Loin de ceux qu’elle aime, exilée des montagnes, Mathianne amorce son nouveau travail lorsqu’une crise d’envergure secoue l’île. Où se trouve la limite de l’acceptable ? Pas facile de suivre son cœur dans un monde où on prône la règle du « Zéro contact » et où les larmes portent la mort.

Avis de lecture:

Un roman scy-fi pas trop scientifique, qui arrive à ne pas perdre le lecteur dans un jargon scientifique incompréhensible. Un tel roman existe vraiment ! Diane Bergeron réussit avec brio à nous entraîner dans son monde dystopique envahi par la nanotechnologie. D’abord vus comme les sauveurs de l’humanité, les petits robots deviennent rapidement source de contagion. Imaginée bien avant la pandémie actuelle, l’histoire relate les points de vue et les obstacles différents des contaminés et des purs, les non contaminés. La ligne est parfois ténue entre les deux camps et la transition difficile à accepter quand quelqu’un la franchit, souvent bien malgré lui.

Le côté scientifique est bien présent, mais pas trop lourd, laissant beaucoup de place au récit, à la politique et aux personnages. Surtout aux personnages. Magnifiquement développés, avec des forces et des faiblesses. Tous profondément humains, avec leurs ambitions, leurs peurs, leurs espérances. Un point fort dans ce roman qui mérite d’être découvert.

La fin, malgré son côté sombre, est bercée par l’espoir d’un dénouement plus heureux dans le tome 2. À suivre…

Partagez!

Valérie Dionne

Née en 1981, Valérie Dionne a toujours été fascinée par l’écriture et les langues. Cet intérêt l’a d’ailleurs conduite à suivre un baccalauréat en Traduction à l’Université Laval. Suite à ses études, elle a d’abord été traductrice à la pige pendant quelques années avant de réaliser que le contact humain lui manquait cruellement. De retour sur les bancs du Cégep de Sainte-Foy, elle a suivi une formation en technique d’inhalothérapie. Valérie a travaillé en tant qu’inhalothérapeute à l’IUCPQ de 2008 à 2016, années durant lesquelles elle a mis au monde ses deux enfants. Présentement maman à la maison, elle partage son temps entre ses enfants et l’écriture. Dans ses temps libres, elle savoure diverses séries télé, lit beaucoup, tricote, s’occupe de ses chats, le tout avec une bonne tasse de thé à la main. Valérie écrit depuis environ l’âge de quatorze ans, mais ce n’est qu’au Cégep qu’elle a commencé à écrire plus fréquemment. En janvier 2018, son premier roman, À l'ombre des villages, est publié aux Éditions Ada. Le second sortira au mois d'octobre, dans la même maison d'éditions.

Crédits photo : Annie Simard