Fiction jeunesse-thriller/Éditions Hurtubise

Dans cette suite attendue, l’auteure nous plonge dans la vie tourmentée de Sam, alors qu’il commence l’école de pompier. Bien qu’il se rapproche enfin de son rêve, il s’aperçoit rapidement que les étapes à franchir sont loin d’être de tout repos. La description des épreuves, mais surtout des émotions ressenties par Sam tandis qu’il essaie de les accomplir, est immersive. On se croirait avec lui, à vivre cette montagne russe de stress, de peur et de courage.

Par-dessus cette pression immense s’ajoute celle concernant la mort de son père. Comment peut-il continuer sa vie comme si de rien n’était, alors qu’il connaît la vérité ? Toutefois, n’ayant aucune preuve, il ne peut rien y faire, pas même convaincre son meilleur ami. Si l’on anticipe de gros bouleversements de ce côté, il faut cependant attendre la fin du roman pour en voir toute la portée, même si encore là, nous demeurons avec beaucoup de questions.

Heureusement, Sam peut compter sur la présence de sa copine, Noémie. En tant qu’étudiante en journalisme, ses qualités d’enquêteur viennent éclaircir plusieurs points, la mettant du même coup dans la ligne de mire du meurtrier. L’enquête en tant que telle est bien ficelée, des éléments s’ajoutant au fur et à mesure que la lecture avance. Chaque nouveau personnage rencontré apporte son lot de questionnements, nous poussant à tourner les pages, afin de connaître le fin mot de l’histoire.

La fin nous laisse avec des interrogations concernant le futur. Qu’arrivera-t-il à Marco ? Au coupable ? Et même à Sam et sa mère ? Comment se remettre d’un tel drame ? Bien que Sam ait de bonnes nouvelles en lien avec sa carrière de pompier, il est à parier que son chemin sera parsemé d’embûches personnelles. Aurons-nous la chance de trouver réponse à ces questions dans un tome 3 ?

Merci aux éditions Hurtubise pour le service de presse.

 

Partagez!

Valérie Dionne

Née en 1981, Valérie Dionne a toujours été fascinée par l’écriture et les langues. Cet intérêt l’a d’ailleurs conduite à suivre un baccalauréat en Traduction à l’Université Laval. Suite à ses études, elle a d’abord été traductrice à la pige pendant quelques années avant de réaliser que le contact humain lui manquait cruellement. De retour sur les bancs du Cégep de Sainte-Foy, elle a suivi une formation en technique d’inhalothérapie. Valérie a travaillé en tant qu’inhalothérapeute à l’IUCPQ de 2008 à 2016, années durant lesquelles elle a mis au monde ses deux enfants. Présentement maman à la maison, elle partage son temps entre ses enfants et l’écriture. Dans ses temps libres, elle savoure diverses séries télé, lit beaucoup, tricote, s’occupe de ses chats, le tout avec une bonne tasse de thé à la main. Valérie écrit depuis environ l’âge de quatorze ans, mais ce n’est qu’au Cégep qu’elle a commencé à écrire plus fréquemment. En janvier 2018, son premier roman, À l'ombre des villages, est publié aux Éditions Ada. Le second sortira au mois d'octobre, dans la même maison d'éditions.

Crédits photo : Annie Simard