À cette période de l’année, le retour du beau temps se fait toujours attendre avec impatience. Pour contrer l’effet de la saison, je me suis plongée dans la chaleur de l’été avec le roman « Sortie de filles : La fin de semaine de camping ». Dans ce tome, la narration est prise en charge par le personnage de Sophie. Cette dernière, moins enthousiasme que ses amies, transporte le lecteur dans ce weekend de camping qui est loin de corresponde à sa vision idéal d’une sortie entre copines. Sa touche d’irritabilité et son orgueil de jeune femme structurée amènent toute la saveur comique à l’histoire puisque la pauvre est en totale perte de contrôle. La canicule, les moustiques, la tente trop petite, le bloc sanitaire, les voisins bizarres, la soirée country… Bref, tout est là pour vous garder bien ancré dans l’atmosphère typique des lieux, sans compter que les péripéties du personnage vous laissent toujours ce petit sourire en coin. Une écriture simple, une aventure amusante, un moment agréable et les balbutiements de l’amour vous y attendent. Un bon moyen pour oublier un peu la neige et appréhender la saison chaude qui se pointera bientôt.

Merci Catherine !

Résumé: “Malgré sa grandeur d’âme, Sophie voit toujours le verre à moitié vide. Et il y a assurément une raison expliquant ce cynisme que lui reprochent ses amies. Claudia et Mahée perceront-elles enfin ce mystère alors que toutes trois troqueront les talons hauts et le parfum contre les bottes de caoutchouc et le chasse-moustiques pour leur sortie de filles sacrée… cette année au terrain de camping ? Les toilettes publiques immondes, la douche en compagnie d’araignées et les voisins aussi étranges que douteux forceront la bonne Sophie à constater à quel point la ville lui est chère. Mais avec le charmant Marc dans les parages, tout n’est pas si sombre, finalement. Celui-ci détient peut-être la clé pour comprendre la personnalité tumultueuse de la jeune femme et l’amadouer… Les trois filles urbaines pourront-elles survivre au grand air, sans eau ni électricité, ou plutôt sans fer plat ni WiFi ? Avec des orages, une tente trop petite, des animaux sauvages et, pire que tout, des hommes ? Plus éprouvante que les précédentes, et tout aussi hilarante, cette sortie de filles se célébrera hors des sentiers battus, littéralement. Reste à espérer que le trio saura au final retrouver son chemin vers le confort d’une vie à peu près normale !”

Bonne lecture!

Partagez!

Rachel Graveline

Née le 7 novembre 1979 à Montréal, Rachel Graveline est détentrice de deux DEC, un premier en Arts : Exploration théâtrale et un second Techniques de la documentation. Si elle a d’abord souhaité se diriger dans le milieu du spectacle, son envie de canaliser sa créativité à travers les mots l’a fait bifurquer en Création littéraire à l’UQAM. En croisant sa passion pour la littérature et son désir d’animer des ateliers culturels, Rachel a travaillé plusieurs années dans différentes bibliothèques. Mais son imaginaire foisonnant l’a poussée à créer des histoires. Même si c’est à un jeune âge qu’elle a commencé l’écriture, ce n’est qu’après son troisième enfant qu’elle s’est investie dans son projet de devenir auteure.

En 2018, son premier roman publié chez Béliveau éditeur, Karmacélia : secrets, rituels et sacrifices, se retrouve en librairie. Son aventure se déploie à l’été 2021 avec la publication de trois séries (Camping Transylvanie, Monsieur Zombie et les zombinos et Hantises) aux Éditions Victor et Anaïs. Elle y publie aussi Mystère et pommes d’amour, une romance pétillante pour les préadolescents. Au printemps 2022, Rachel publie son premier roman Frissons, Sombres aveux. Son second roman de la même collection chez Héritage jeunesse, Spectacle morbide, paraîtra d’ailleurs à l’automne 2022. Plusieurs autres titres verront aussi le jour en 2023, notamment avec sa nouvelle maison, les Éditions Pratico-pratique. Dans chacune de ses création, son but reste d'offrir des refuges au cœur de l’imaginaire.