C’est ce weekend qu’on apprenait le décès de Mary Higgins Clark (à 92 ans), alias la « reine du suspense ». La nouvelle a vite été annoncée à travers de multiples médias, se promenant sur les réseaux sociaux des amateurs de romans policiers, mais pas seulement. Cette auteure prolifique, l’une des plus vendues au monde, était certes connue des lecteurs, mais aussi d’un plus large public car bon nombre de ses titres ont été adaptés à l’écran.

Sa carrière d’auteure ne s’est pourtant pas amorcée facilement. En effet, Mary Higgins Clark, même si elle a eu la piqûre de l’écriture très tôt dans l’enfance, n’a connu son premier succès littéraire qu’à l’âge de 50 ans avec « La maison du guet ». Dès sa parution en 1975, ce titre est un best-seller, alors que son roman suivant « La nuit du renard » en 1977, fera de l’auteure une millionnaire. Son éditeur français, Albin Michel, créera alors une collection « Spécial Suspense » afin de mettre de l’avant ses publications.

Prolifique à souhait, sa plume efficace lui vaudra l’immense succès qu’on lui connait aujourd’hui; publiée en plusieurs formats avec plusieurs éditeurs, traduits dans plusieurs langues, adaptés au cinéma, etc. L’auteure s’inscrit sans conteste parmi les exemples de persévérance à suivre.

Julie Brassard (co-rédactrice en chef, chroniqueuse et auteure) mentionne que, parmi les livres de cette auteure, son préféré est « Nous n’irons plus au bois » en ajoutant aussi :

« C’était une écrivaine incroyable, toujours à l’écoute de ses lecteurs… je lui envoie mes plus belles pensées ! »

 

Quant à Chantale Mercier, chroniqueuse et auteure, elle a lu plusieurs de ses titres, et vous la recommande chaudement:

« Il y a de nombreuses années, j’ai lu “Recherche jeune femme aimant danser” (j’ai aussi écouté le film du même nom vu que j’avais beaucoup aimé le livre). J’avais alors accroché au style de l’auteure et à sa façon de décrire l’impensable sans trop entrer dans les détails sanglants. Par la suite, j’en ai dévoré plusieurs. Aujourd’hui, j’en ai un d’elle plus récent qui m’attend bien sagement dans ma bibliothèque. Le titre? Je ne m’en souviens plus, donc ce sera une belle surprise et une super lecture, j’en suis certaine. »

Si vous avez envie de tenter le polar avec Mary Higgins Clark, il est aussi possible d’y succomber avec sa dernière publication (novembre 2019) « En secret » :

La journaliste Gina Kane reçoit un message d’une certaine C. Ryan. Cette dernière affirme qu’elle vit une expérience terrible sur son lieu de travail, une chaîne d’informations, et déclare ne pas être la seule. Quand Gina apprend la mort de la jeune femme, elle décide d’investiguer sur le présentateur vedette de la chaîne, accusé de harcèlement sexuel par d’autres femmes.

 

Bonne lecture!

Pour en savoir plus, voyez notamment l’article sur La Presse.

Partagez!

Rachel Graveline

Née le 7 novembre 1979 à Montréal, Rachel Graveline est détentrice de deux DEC, un premier en Arts : Exploration théâtrale et un second Techniques de la documentation. Si elle a d’abord souhaité se diriger dans le milieu du spectacle, son envie de canaliser sa créativité à travers les mots l’a fait bifurquer en Création littéraire à l’UQAM. En croisant sa passion pour la littérature et son désir d’animer des ateliers culturels, Rachel a travaillé plusieurs années dans différentes bibliothèques. Mais son imaginaire foisonnant l’a poussée à créer des histoires. Même si c’est à un jeune âge qu’elle a commencé l’écriture, ce n’est qu’après son troisième enfant qu’elle s’est investie dans son projet de devenir auteure.

En 2018, son premier roman publié chez Béliveau éditeur, Karmacélia : secrets, rituels et sacrifices, se retrouve en librairie. Son aventure se déploie à l’été 2021 avec la publication de trois séries (Camping Transylvanie, Monsieur Zombie et les zombinos et Hantises) aux Éditions Victor et Anaïs. Elle y publie aussi Mystère et pommes d’amour, une romance pétillante pour les préadolescents. Au printemps 2022, Rachel publie son premier roman Frissons, Sombres aveux. Son second roman de la même collection chez Héritage jeunesse, Spectacle morbide, paraîtra d’ailleurs à l’automne 2022. Plusieurs autres titres verront aussi le jour en 2023, notamment avec sa nouvelle maison, les Éditions Pratico-pratique. Dans chacune de ses création, son but reste d'offrir des refuges au cœur de l’imaginaire.