J’ai trouvé ces deux vidéos des plus intéressantes, tant pour l’information historique qu’elles rapportent que pour le survol des œuvres. Repenser à cette époque où la femme québécoise n’était pas libre, le pantalon… c’est monsieur qui le portait ! Heureusement, les temps changent, le monde évolue, un petit pas à la fois, mais tout de même…

Suivre les liens pour visionner ces brèves capsules…

Mode et apparence dans l’art québécois 1880-1945 (Partie 1)

La représentation des sports d’hiver dans l’art québécois ont déjà été objet de scandale : ils impliquaient, dès les années 20, le port des pantalons par les femmes. Petite exploration de documents témoignant de l’évolution de la mode féminine au Québec par Esther Trépanier, historienne de l’art.

Crédits

  • Animation : Esther Trépanier
  • Commissaires de l’exposition : Véronique Borboën et Esther Trépanier
  • Réalisation : Annie Boudin
  • Caméra, infographie et montage : Sébastien Pomerleau
  • Maquillage : Marie-Guylaine Auclair
  • Son : Daniel Basque
  • Musique originale : Guillaume Birster

Sans titre-1

Mode et apparence dans l’art québécois, 1880-1945 (Partie 2)

Véronique Borboën, professeure à l’UQAM et commissaire de l’exposition, nous invite à jeter un regard inusité sur la représentation de la mode féminine au sein de l’art québécois — avec des oeuvres de Simone Mary Bouchard et Marie-Cécile Bouchard des années 30-40.

Crédits

  • Animation : Véronique Borboën
  • Commissaires de l’exposition : Véronique Borboën et Esther Trépanier
  • Réalisation : Annie Boudin
  • Caméra, infographie et montage : Sébastien Pomerleau
  • Maquillage : Marie-Guylaine Auclair
  • Son : Daniel Basque
  • Musique originale : Guillaume Birster

Partagez!

Rachel Graveline

Née le 7 novembre 1979 à Montréal, Rachel Graveline est détentrice de deux DEC, un premier en Arts : Exploration théâtrale et un second Techniques de la documentation. Si elle a d’abord souhaité se diriger dans le milieu du spectacle, son envie de canaliser sa créativité à travers les mots l’a fait bifurquer en Création littéraire à l’UQAM. En croisant sa passion pour la littérature et son désir d’animer des ateliers culturels, Rachel a travaillé plusieurs années dans différentes bibliothèques. Mais son imaginaire foisonnant l’a poussée à créer des histoires. Même si c’est à un jeune âge qu’elle a commencé l’écriture, ce n’est qu’après son troisième enfant qu’elle s’est investie dans son projet de devenir auteure.

En 2018, son premier roman publié chez Béliveau éditeur, Karmacélia : secrets, rituels et sacrifices, se retrouve en librairie. Son aventure se déploie à l’été 2021 avec la publication de trois séries (Camping Transylvanie, Monsieur Zombie et les zombinos et Hantises) aux Éditions Victor et Anaïs. Elle y publie aussi Mystère et pommes d’amour, une romance pétillante pour les préadolescents. Au printemps 2022, Rachel publie son premier roman Frissons, Sombres aveux. Son second roman de la même collection chez Héritage jeunesse, Spectacle morbide, paraîtra d’ailleurs à l’automne 2022. Plusieurs autres titres verront aussi le jour en 2023, notamment avec sa nouvelle maison, les Éditions Pratico-pratique. Dans chacune de ses création, son but reste d'offrir des refuges au cœur de l’imaginaire.