Mon résumé

L’éveil des Grands Hurleurs (Le cycle draconique : 1) par Rhéa Dufresne / Bayard Canada

La Guerre Noir, une histoire du passé qui cri encore son horreur à travers les gravats des lieux désertés, mais surtout, qui, malgré le temps écoulé, inspire toujours la peur aux survivants et leurs descendants humains.

Ceux-ci ne sont désormais plus les maitres, car les dragons dans leur révolte ont su leur montrer leur supériorité, leur force, leur cruauté. Sous le règne de terreur d’Haldor le Grand Noir, l’espoir semble vain. Pourtant, l’Œuf Noir, soit son éventuel successeur, est désormais de ce monde…

De leur côté, les hommes terrés dans leur petit village demeurent dans l’ignorance du monde extérieur, de l’existence même de leur semblable en d’autres lieux. Seule la hantise de subir les assauts des dragons les maintient dans une vie austère. Quand les bêtes se font plus présentent, la peur s’accentue parmi eux. Néanmoins, la jeune Léna se fait plus déterminée et téméraire que jamais…

Les incertitudes concernant l’équilibre du monde actuel se dissipent lorsque le cri des Grands Hurleurs vient aux oreilles de chacun. Quel bouleversement subiront-ils?

Mes commentaires

Comme à son habitude, la maison Bayard présente un volume attrayant; la belle couverture, les intitulés des chapitres avec l’ombre d’un dragon, la carte du monde ainsi que le glossaire qui permet aux lecteurs de s’orienter, mais pas seulement. Dans ce livre, il y aussi ces quelques pages cendrées, parsemées ici et là dans l’histoire, qui viennent ponctuées l’effet du temps, celui des nombreux voyages ainsi que l’existence des dragons. Ce qui caractérise ces pages, c’est le fait qu’elles représentent les écrits des Chuchoteurs, soit un regroupement de téméraires particuliers. Bref, un ensemble d’éléments qui ne manquera pas d’attiser les amateurs de fantastique.

Ces derniers se verront cependant plus difficilement enveloppés par l’histoire qu’il n’en parait. En effet, le vaste monde sur lequel s’ouvre ce premier tome est tout autant une source de curiosité que de confusion. « L’ordre des Chuchoteurs », « Les fils du feu », ceux de la terre, de l’eau, les différents peuples humains (Obrand, Träd…) et les lieux (comme la « Forêt des Murmures », la « Montagne Bleue », la « plaine Morte », etc) sont vraiment d’excellentes idées, j’adore les intitulés ainsi que leurs composantes. En revanche, dans les 30 ou 40 premières pages, je n’ai pas l’impression que le lecteur a le temps de s’accrocher à un personnage. La narration passe d’un personnage à une autre, d’un lieu à un autre, sans que l’on ne soit certain de ce qui se tisse dans l’immédiat. Le glossaire devient donc nécessaire à la mise en contexte du lecteur.

Une fois les morceaux emboîtés, l’aventure devient plus intéressante quoiqu’un peu lente. Tout comme son amorce, la lenteur a malgré tout un revers ensorcelant : les descriptions détaillées sont fascinantes. Celles-ci nous permettent de suivre pas à pas les personnages, désormais plus accrocheurs, et de découvrir le décor dans lequel ils cheminent. Comme on replonge souvent dans le contexte historique, les rebondissements ne sont pas légions, ni de grandes envergures, pour le moment. Ceci dit, dans la mesure où il s’agit d’un premier tome et que son fondement demeure colossal, je pense qu’il faut se laisser saisir par ses multiples facettes prometteuses, car la suite s’annonce beaucoup plus captivante.

l97828957969301

La trahison des Chuchoteurs (Le cycle draconique: 2) par Rhéa Dufresne

“Après avoir entendu les cris des Grands Hurleurs, Haldor le Grand Noir a lancé ses hordes dans différents villages, semant la mort et le chaos. Les hommes ont subi, impuissants, les attaques successives des dragons. Le temps de la résignation cède pourtant peu à peu la place à la résistance. Les villageois s’organisent pour se défendre contre la fureur du Grand Noir. Il en est de même pour les fils du ciel où la tyrannie d’Haldor commence à diviser les clans. Les Fils de l’eau n’ont pas digéré la mise à mort de Mia, et les Fils de la terre remettent en cause l’autorité du chef des dragons. Seuls les Fils du feu restent fidèles à Haldor qui entend réprimer violemment toute forme de sédition.”

Comme le tome 2 est déjà en circulation, si vous l’avez lu, n’hésitez pas à me laisser vos impressions sur celui-ci, histoire d’éveiller ceux qui en sont toujours au tome 1.

Merci & bonne lecture!

Partagez!

Rachel Graveline

Née le 7 novembre 1979 à Montréal, Rachel Graveline est détentrice de deux DEC, un premier en Arts : Exploration théâtrale et un second Techniques de la documentation. Si elle a d’abord souhaité se diriger dans le milieu du spectacle, son envie de canaliser sa créativité à travers les mots l’a fait bifurquer en Création littéraire à l’UQAM. En croisant sa passion pour la littérature et son désir d’animer des ateliers culturels, Rachel a travaillé plusieurs années dans différentes bibliothèques. Mais son imaginaire foisonnant l’a poussée à créer des histoires. Même si c’est à un jeune âge qu’elle a commencé l’écriture, ce n’est qu’après son troisième enfant qu’elle s’est investie dans son projet de devenir auteure.

En 2018, son premier roman publié chez Béliveau éditeur, Karmacélia : secrets, rituels et sacrifices, se retrouve en librairie. Son aventure se déploie à l’été 2021 avec la publication de trois séries (Camping Transylvanie, Monsieur Zombie et les zombinos et Hantises) aux Éditions Victor et Anaïs. Elle y publie aussi Mystère et pommes d’amour, une romance pétillante pour les préadolescents. Au printemps 2022, Rachel publie son premier roman Frissons, Sombres aveux. Son second roman de la même collection chez Héritage jeunesse, Spectacle morbide, paraîtra d’ailleurs à l’automne 2022. Plusieurs autres titres verront aussi le jour en 2023, notamment avec sa nouvelle maison, les Éditions Pratico-pratique. Dans chacune de ses création, son but reste d'offrir des refuges au cœur de l’imaginaire.

 

 

1 commentaire

Les commentaires sont fermés.