Les Lectures de Riley et la dystopie, un amour profond

Depuis le plus loin que je me souviens, dès que l’on me parle de dystopie, je fonds comme neige au soleil. Je ne saurais expliquer les raisons, mais la dystopie a toujours été mon genre chouchou. Dès que l’on me met un roman de ce genre littéraire entre les mains, je deviens aussi excité qu’un enfant le matin de Noël. Comme la plupart des gens, j’ai commencé avec Hunger Games, puis Divergeance, et continuant ainsi avec tous les titres dystopiques que je connais.

Mais mon plus grand coup de cœur niveau littéraire a longtemps été B.O.A. de Magali Laurent. Ne l’ayant pas encore relu, je vous présente malgré tout les cinq dystopies qui ont su prendre une place importante dans mon cœur.

Attention, bien qu’ils s’agissent tous de séries, je vous présenterai le tome qui aura été un coup de cœur à mes yeux !

1. Dénaturés et Sauvages, tome 3 : Une vie de ténèbres de Jennifer Pelletier

« Deuxièmement, j’avoue que sans rien vous spoiler, c’est l’instinct animal mis en avant un plan qui m’a profondément plu dans ce troisième tome. Pour moi, de montrer toute la hiérarchie, l’instinct et la psychologie animale a été un pur délice à découvrir. J’ai vraiment adoré voir que l’auteure restait réellement dans le réalisme du cycle animal, et ce, jusqu’au bout. Bien que certaines scènes puissent avoir dérouté certains lecteurs, et d’autres scènes qui auraient pu les blesser, je n’aurai qu’une chose à leur dire : il s’agit malgré tout du vrai règne animal que l’on voit ici. Bien que pour notre cœur humain, cela agisse contre nos valeurs morales, pour le règne animal, c’est la loi du plus fort qui agit très souvent. Et surtout, dans cette vie animale, les liens du sang ne veulent absolument rien dire. En aucune occasion. »

Lire le billet complet

2. Demi-Vie, tome 4 : Origines de Magali Laurent

« Pour ma part, j’ai vraiment été étonnée de la façon dont l’auteure intègre la vie artificielle dans ce tome-ci. Bien que ce ne soit pas aussi présent que le Perfecto dans les trois premiers tomes, l’allusion au premier robot intelligent m’a encore plus frappé qu’avec le Perfecto. Je dois avouer que la présence de Gaïa – et je dois dire toutes mes félicitations à Magali pour l’idée de ce nom ! – m’a vraiment remise en question pendant un certain temps. Son choix de nom associé à ses agissements m’a quasiment fait peur à un certain moment. C’est un passage qui m’a fait plus que douter de l’avenir. »

Lire le billet complet 

3. Le Prix de ma liberté, tome 1 : Le Réveil de Johanne Dallaire

« J’ai été impressionnée de voir la puissance du gouffre qu’avait pris l’inégalité entre les Riches et les Pauvres dans ce récit. J’ai été bouleversé par le contraste de la vie des Citoyens et la vie des Indigents. Non seulement l’auteure a montré l’inégalité de leur situation, mais elle a aussi joué avec le bonheur de chacun. Bien que tout semble porter à croire que les Citoyens étaient les plus chanceux, la nuance apportée par l’auteure était formidable. Au final, on se demandait sincèrement qui était les plus chanceux : les Citoyens qui pensaient avoir tout ou les Indigents qui n’avaient rien, mais qui possédaient le plus important ? »

Lire le billet complet 

4. La cité de sang, tome 2 : L’Antidote de Kathleen Thibault

« À travers toutes les épreuves qu’elle doit affronter, Brynn ne perd jamais espoir. Et honnêtement, j’ai été plus qu’heureuse de la voir s’épanouir auprès d’une personne qui la considère comme son égale. Qui la voit telle qu’elle est, tel qu’elle mérite d’être vue et reconnue. À ses côtés, elle arrive à briller encore plus, et ce, sans qu’il ait besoin de l’aider. Mais le seul fait qu’il l’aide et la considère comme elle le mérite d’être, lui permet de grandir encore plus. À mes yeux, Brynn est un parfait mélange entre la femme trop forte et la femme trop naïve. Sans croire que tous sont bons, elle arrive à comprendre qu’il y a quand même des explications à certaines actions. Et surtout, elle nous fait comprendre que tout n’est jamais entièrement blanc ou noir. Il y a très souvent de belles nuances de gris autour d’un individu et d’une situation. »

Lire le billet complet

5. Colizium, tome 1 : La cité fragmentée de G.Zeyd

« J’ai apprécié la façon dont Zeyd emmène la robotique et les cyborgs dans son récit. Tout le long du roman, on possède deux visions complètement différentes de cette thématique. Ainsi, on voit les bienfaits que cela peut causer, mais aussi les désavantages. Mais surtout, elle installe un certain suspense sur cette possibilité des cyborgs. À quel point un humain peut-il devenir une machine ? Mais aussi … Une machine peut-elle devenir aussi humaine qu’un être fait entièrement de chair ? En commençant ma lecture, je n’avais pas l’impression que l’on jouerait sur cette hypothèse-là. Et c’est ce que j’aime tant de la dystopie ; le fait qu’elle nous permet d’imaginer l’avenir de façon tellement incroyable que l’on ne croirait impossible que cela se réalise. Et pourtant… C’est parfois tellement proche de la vérité que cela en est excessivement troublant. »

Lire le billet complet

Partagez!