Fiction jeunesse-thriller/Éditions Hurtubise

L’ultime tome de cette trilogie vient boucler la boucle en beauté. Nous tenant en haleine jusqu’à la toute dernière page, ce roman se dévore tel un bonbon. C’est un plaisir de retrouver Sam et Noémie et de faire la rencontre de nouveaux personnages.

Si la fin ne surprend pas par son originalité, le chemin pour s’y rendre en vaut la chandelle. Suivre Sam dans sa vie de pompier à la caserne, en compagnie de Justin, est très immersif et stimulant. Être témoin de l’évolution de leur amitié et de leurs relations avec leurs collègues, ainsi que des appels auxquels Sam doit faire face, garde le lecteur accroché d’un chapitre à l’autre. La description du quotidien des pompiers ainsi que des interventions ne laisse pas de doute : l’auteur a fait ses recherches. C’est très crédible et c’est ce qui maintient notre attention du début à la fin.

Bien que le rôle de Noémie occupe moins de place que dans les premiers tomes, l’aspect journalistique étant moins présent, son côté plus rationnel fait du bien, Sam étant parfois plutôt impulsif. Encore une fois, l’accent mis sur les sentiments et les pensées de Sam ajoute une profondeur à l’histoire, augmentant de par le fait même notre attachement envers le jeune pompier et les personnes qui gravitent autour de lui.

Moins de journalisme d’enquête, plus d’action, une excellente façon de terminer une série qui accroche du début à la fin !

Merci aux éditions Hurtubise pour le service de presse.

Partagez!

Valérie Dionne

Née en 1981, Valérie Dionne a toujours été fascinée par l’écriture et les langues. Cet intérêt l’a d’ailleurs conduite à suivre un baccalauréat en Traduction à l’Université Laval. Suite à ses études, elle a d’abord été traductrice à la pige pendant quelques années avant de réaliser que le contact humain lui manquait cruellement. De retour sur les bancs du Cégep de Sainte-Foy, elle a suivi une formation en technique d’inhalothérapie. Valérie a travaillé en tant qu’inhalothérapeute à l’IUCPQ de 2008 à 2016, années durant lesquelles elle a mis au monde ses deux enfants. Présentement maman à la maison, elle partage son temps entre ses enfants et l’écriture. Dans ses temps libres, elle savoure diverses séries télé, lit beaucoup, tricote, s’occupe de ses chats, le tout avec une bonne tasse de thé à la main. Valérie écrit depuis environ l’âge de quatorze ans, mais ce n’est qu’au Cégep qu’elle a commencé à écrire plus fréquemment. En janvier 2018, son premier roman, À l'ombre des villages, est publié aux Éditions Ada. Le second sortira au mois d'octobre, dans la même maison d'éditions.

Crédits photo : Annie Simard