Roman fantastique écrit par Katherine A. Ouellet/Éditions Luzerne Rousse

Wow! Envoûtée, époustouflée, ensorcelée par ce premier tome de Les Guerriers de Ténèbres par Katherine A. Ouellet. Rien de moins qu’un coup de foudre!

Dès les premières lignes, Katherine sait nous entraîner dans cette saga qui surprend à chaque page. Sans perdre de temps, elle pose les bases de ce récit d’aventures qui nous fait songer à ceux écrits par de grands auteurs. L’histoire est bien ficelée, avec différentes trames qui viennent s’imbriquer dans le scénario de base de façon naturelle, mais inattendue. Jamais ne se dit-on que c’était prévisible. L’auteure nous réserve de bonnes surprises tout au long de notre lecture.

Le monde imaginé par Katherine est complet et diversifié, peuplé de personnages bigarrés, attachants ou repoussants, de royaumes opposés autant dans leur manière d’être que de penser. Il est évident que l’auteure a passé beaucoup de temps à le peaufiner avant de coucher son histoire sur papier.

Le petit bémol — de rien du tout — est que, par moments, le manque d’expérience de l’auteure transparaît dans son écriture. Mais comme elle a bien été entourée dans le travail avant impression, ces instants sont plutôt rares et ne viennent en rien gâcher l’immersion dans son monde fantastique.

D’ailleurs, les personnages nous font vivre toutes sortes d’émotions et, tout comme la trame, sont développés en profondeur, chacun avec leur propre histoire. Rien n’est laissé aux hasards. Il y a des liens partout, mais qu’en tant que lecteur, nous ne voyons que lorsque l’auteure décide de nous en faire part, ce qui garde une part de mystère tout au long du roman. Je trouve que c’est une grande qualité d’écrivain.

Vous vous en doutez, j’attends le tome 2 avec impatience et ne peux que vous encourager à lire ce premier livre! 

Partagez!

Valérie Dionne

Née en 1981, Valérie Dionne a toujours été fascinée par l’écriture et les langues. Cet intérêt l’a d’ailleurs conduite à suivre un baccalauréat en Traduction à l’Université Laval. Suite à ses études, elle a d’abord été traductrice à la pige pendant quelques années avant de réaliser que le contact humain lui manquait cruellement. De retour sur les bancs du Cégep de Sainte-Foy, elle a suivi une formation en technique d’inhalothérapie. Valérie a travaillé en tant qu’inhalothérapeute à l’IUCPQ de 2008 à 2016, années durant lesquelles elle a mis au monde ses deux enfants. Présentement maman à la maison, elle partage son temps entre ses enfants et l’écriture. Dans ses temps libres, elle savoure diverses séries télé, lit beaucoup, tricote, s’occupe de ses chats, le tout avec une bonne tasse de thé à la main. Valérie écrit depuis environ l’âge de quatorze ans, mais ce n’est qu’au Cégep qu’elle a commencé à écrire plus fréquemment. En janvier 2018, son premier roman, À l'ombre des villages, est publié aux Éditions Ada. Le second sortira au mois d'octobre, dans la même maison d'éditions.

Crédits photo : Annie Simard