Titre: Les hôtesses de l’air – l’embarquement

Auteur: Julie Rivard

Maison d’édition: Les Éditeurs Réunis

Genre: historique

Résumé:

Sept-Îles, 1965. Devenir hôtesse de l’air est le rêve de plusieurs jeunes femmes, dont Nina et Simone. La première, une battante aux fortes ambitions, et la seconde, une célibataire en perpétuelle quête d’amour, viennent d’être embauchées par Québecair, à leur plus grand bonheur. Entre deux vols, elles croisent rapidement le chemin de Claudia, une secrétaire chevronnée à la langue bien pendue.

De plus en plus soudées par l’amitié, les trois femmes poursuivent un but commun : s’épanouir et vivre une existence riche en émotions ! Au contact du capitaine Walter Cummings, un coureur de jupons invétéré, et de son copilote Francis Chevarie, qui essaie de se reconstruire après un mystérieux drame passé, elles s’efforceront de tracer leur voie dans ce monde typiquement masculin qu’est l’aviation. Entre ciel et terre, elles devront toutefois tenter de rester bien ancrées en dépit des revers, des passions tumultueuses et des aspirations cachées.

Malgré la joie et les rires partagés, tout ce personnel de la mythique ligne aérienne réussira-t-il à affronter avec succès les turbulences qui pointent à l’horizon ?

Avis de lecture:

C’est rafraîchissant de lire un roman québécois dont les principaux personnages sont des hôtesses de l’air et des pilotes ! Le fait que l’histoire se déroule à Montréal et à Sept-Îles contribue aussi à faire de ce récit une belle découverte.

Nina et Simone sont hôtesses de l’air en 1965. Ce sont des années peu abordées dans la littérature québécoise et les thématiques touchées nous rappellent à quel point c’était différent à cette époque. C’est franchement une lecture immersive.

Même si le capitaine Cummings semble de prime abord un macho sans émotion, l’auteure saura vite nous faire connaître un autre côté à ce tombeur. Francis et Holden complètent bien le trio d’hommes avec leurs secrets, leur timidité et leur cœur tendre. Ils sont tellement attachants ! L’histoire ne serait pas entière sans nos deux hôtesses et leur amie Claudia. Des femmes fortes en des temps où ce n’était pas toujours facile de prendre sa place.

Si le récit commence avec lenteur, suivant les protagonistes dans leur routine, quand ça démarre, ça décolle ! C’est certain qu’on aime mieux lorsque tout va bien pour les personnages. Toutefois, il faut aussi que ça bouge et Julie ne déçoit pas !

À présent que leur vie semble avoir pris une tournure plus calme, que leur réserve l’auteure dans le prochain tome ?

Partagez!

Valérie Dionne

Née en 1981, Valérie Dionne a toujours été fascinée par l’écriture et les langues. Cet intérêt l’a d’ailleurs conduite à suivre un baccalauréat en Traduction à l’Université Laval. Suite à ses études, elle a d’abord été traductrice à la pige pendant quelques années avant de réaliser que le contact humain lui manquait cruellement. De retour sur les bancs du Cégep de Sainte-Foy, elle a suivi une formation en technique d’inhalothérapie. Valérie a travaillé en tant qu’inhalothérapeute à l’IUCPQ de 2008 à 2016, années durant lesquelles elle a mis au monde ses deux enfants. Présentement maman à la maison, elle partage son temps entre ses enfants et l’écriture. Dans ses temps libres, elle savoure diverses séries télé, lit beaucoup, tricote, s’occupe de ses chats, le tout avec une bonne tasse de thé à la main. Valérie écrit depuis environ l’âge de quatorze ans, mais ce n’est qu’au Cégep qu’elle a commencé à écrire plus fréquemment. En janvier 2018, son premier roman, À l'ombre des villages, est publié aux Éditions Ada. Le second sortira au mois d'octobre, dans la même maison d'éditions.

Crédits photo : Annie Simard